« Aux Carmes citoyens »

Pendant l’hiver 94-95, la “direction du théatre” au Ministère de la Culture a décidé d’amputer de plus d’un tiers la subvention d’André Benedetto…

 

« Pourquoi je veux voter communiste. Et pourquoi je vais voter Robert Hue ». (1995)

J’aurais voulu voter Rocard. Ou Lang. Bref, j’aurais aimé voter pour un candidat de gauche qui ait des chances de gagner ; et pour un homme de dimension nationale et pas seulement un homme de parti…

 

« Pour l’amour de l’Humanité ». Texte de soutien au journal l’Humanité (mars 1999)

Je suis avant tout un comédien ; alors, la formule “pour l’humanité” m’évoque immédiatement et irrésistiblement la fameuse réplique de Dom Juan , jetant au “pauvre” le louis d’or qu’il lui faisait miroiter “à condition qu’il jure” :  » Je te le donne, pour l’amour de l’humanité ! »…

 

« Le livre et la citoyenneté »

On m’a fait l’honneur de me proposer la présidence de “La journée du livre et de la citoyenneté”. Je l’ai accepté avec joie et fierté. Cela d’autant plus que sont associés à cette journée beaucoup de gens : écrivains, militants ou simples citoyens, que j’aime et je respecte. La portée politique de cet évènement ne m’est pas indifférente, bien au contraire…

 

« Pourquoi je soutiens Olivier Besancenot ». Texte paru dans Le Monde (19 avril 2002)

J’ai décidé de soutenir le candidat de la Ligue communiste aux élections présidentielles le lendemain du 11 septembre, après avoir lu la déclaration de Robert Hue : “Nous sommes tous Américains”…

 

« Soutien poétique », interview parue dans Rouge (mai 2002)

Je me considère plus comme un artiste que comme un intellectuel. Je pense que c’est une spécificité française très positive : je trouve cela bien que des artistes disent ce qu’ils pensent politiquement, même si cela n’a rien d’héroïque de soutenir aujourd’hui la LCR, le PC, Arlette Laguiller ou le Parti socialiste…

 

« Voter Chirac, sans état d’âme ». Article non paru dans Le Monde, écrit entre les deux tours de l’élection présidentielle 2002

Comme tous les électeurs de gauche qui n’ont pas voté Jospin, soit par conviction, soit parce qu’ils n’ont pas voulu interrompre leurs vacances, j’ai ressenti ce soir du 21 avril devant ma télévision un véritable sentiment de honte….