Marsiho

ANDRÉ SUARÈS

Adapté, mis-en-scène et joué par Philippe Caubère.

Je n’ai pas fait mystère du fait que j’ai proposé aux responsables de Marseille-Provence 2013 de profiter de cette occasion pour faire connaître au public l’existence et l’importance de celui qui est sans doute le plus grand écrivain marseillais du XXème siècle, comme l’un des plus grands européens. Deux spectacles, adaptés de ses livres, Marsiho, nom provençal de Marseille, extraordinaire portrait de la ville en 1931, et Vues sur l’Europe, suite de textes prophétiques et flamboyants sur le péril
que faisait courir à l’Europe la montée d’Hitler, devaient en témoigner. De l’hôpital Caroline sur l’île du Frioul, à une cour de récréation du lyçée Saint-Exupéry, en passant par le magnifique amphithéâtre de la sucrière de Saint-Louis, j’avais prévu
d’en donner des représentations à la tombée du jour ou plus tard dans la nuit. Malgré le vif intérêt porté d’emblée au projet par ces deux personnes, il s’est avéré quelques mois plus tard qu’ils ne disposaient pas -plus ?- des moyens, assez modestes pourtant, suffisant à le mettre en oeuvre.

En 1967, un livre, Le cas André Suarés, décrit déjà le destin maudit de ce grand génie. Quelques années plus tard, dans sa biographie, André Suarés, l’insurgé, Robert Parienté explore plus profondément encore les ressorts de cet incroyable dérapage
dans l’histoire moderne des lettres françaises. Comme si Fernando Pessoa, à qui par bien des aspects il me fait penser, n’avait jamais été reconnu par Lisbonne ou son pays comme le plus grand poète portugais qu’il est. Ni Marseille, ni Paris n’ont
jamais reconnu Suarès. Ils se sont au contraire contentés de le critiquer, de le sousestimer et continuent à l’ignorer. Je n’ai pu m’empêcher de voir dans ce nouveau rejet un épisode de plus de cette horrible mise au banc. Désespéré d’en être au fond
peut-être un peu responsable (après tout, je n’avais qu’à trouver les moyens de convaincre), j’ai cherché, sur Marseille, vers qui me tourner. Une idée soudain m’est venue. S’il est un homme qui a combattu Marseille, et à Marseille, pour y faire vivre l’art, la « culture » au sens noble, c’est à dire naissante et pas seulement quand il n’y a plus qu’à la récupérer, s’il en est un qui n’a pas attendu qu’on lui offre un théâtre, mais qui l’a fait naître et grandir à la force du poignet, qui n’a pas craint même de se
mettre en danger lui-même quand on le lui mettait en danger, c’est bien lui : Richard Martin. Sitôt pensé : — « Allô, Richard ? » Je ne le connais pas bien, il n’est pas mon copain. — « Je vais créer Marsiho cet été, j’aimerais bien que tu viennes le
voir, dans l’espoir de pouvoir peut-être le jouer chez toi en 2013 » — « Tu rigoles ? C’est ok. »

C’est ainsi, dans notre métier, que les vraies aventures commencent et que ce qui semble un échec se transforme en succès. Non pas celui du spectacle sur lequel j’aurai la superstition de ne pas anticiper, mais de savoir que Suarès va pouvoir envoyer, par mon corps et ma voix, sa lettre d’amour à sa ville de l’endroit où il le fallait.

Philippe Caubère 26/01/2013

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

GÉNÉRIQUE

Texte d‘André Suarès
Adaptation et mise en scène: Philippe Caubère.

Lumière et direction technique : Philippe Olivier dit « Luigi« .
Bande son : Jean-Christophe Scottis et Aurélie Valle.
Aménagement scénique : Sophie Comtet-Kouyaté et Philippe Plancoulaine.
assistés de Valérie Guy et Lilian Samaran.

Marsiho est paru en 1931, puis aux éditions Jeanne Laffitte en 2009. Il vient d’être réédité en 2012.
Photos : Michèle Laurent
Affiche : David Caubère d’après un bois gravé de Louis Jou et une photo de Michèle Laurent.

Production : Véronique Coquet pour La Comédie Nouvelle.
Assistante de production : Andriève Chamoux.
avec le soutien du Ministère de la Culture et de la Communication.

Co-production : La Maison de la Poésie de Paris.
Co-réalisation : Théâtre des Carmes – André Benedetto.

Durée du spectacle : 2 heures

Relations presse : Lynda Mihoub 06 60 37 36 27 – lynda@agencecomlm.fr

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

EXTRAIT

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

DOSSIER DE PRESSE INTÉGRAL

Texte de présentation par Philippe Caubère.

Texte de présentation par Claude Guerre (dir. Maison de la Poésie de Paris).

Biographie et présentation d’André Suarès.

Revue de presse 2013.

Dossier de presse Complet Festival d’Avignon 2012.

Galerie de photos par Michèle Laurent.

Liste des musiques du spectacle.

L’Humanité du 11 janvier 2013. Joyau Marsiho…

Monde et vie mensuel de décembre 2012. Caubère nous sidère…

Marianne du 22 décembre 2012. Caubère, le fada de Marseille…

Le Monde du 21 décembre 2012. Philippe Caubère emporté par le mistral qui souffle sur le Vieux-Port…

Humanite.fr du 13 décembre 2012. Compte rendu du débat entre Edmonde Charles Roux et Philippe Caubère à la Maison de la Poésie.

Pariscope du 12 décembre 2012. Marsiho. Philippe Caubère possède un style que ne cesse de nous ravir au fil du temps…

Le Canard enchainé du 12 décembre 2012. Caubère ? O fan !

Figaroscope du 5 décembre 2012 Critique « 3 cœurs » ! Philippe Caubère « chante » Marseille…

Plan B… par Frédéric Bonnaud du 30 novembre 2012. Le Mouv’

Demain à la Une sur LCI. Philippe Caubère était l’invité d’Audrey Crespo Mara.

JDD.fr du 28 novembre 2012. Philippe Caubère, enfant de Marseille…

Froggy’s Delight du 26 novembre 2012. Tout de blanc vêtu, Philippe Caubère rentre dans la lumière pour deux heures à la gloire de Marseille
et plus encore à celle d’André Suarès…

Jardin à Cour du 25 novembre 2012. Critique.

Supplément Sortir de Télérama du 21 novembre 2011. Quel régal de découvrir l’auteur génial et méconnu qu’est André Suarès à travers l’interprétation
ample et violente qu’en donne le Marseillais Philippe Caubère…

Théâtral du 19 novembre 2012. Marseille singulière et plurielle…

Tête à tête par Frédéric Taddeï du 18 novembre 2012. France Culture.

Le grand entretien par François Busnel du 6 novembre 2012. France Inter.

César du 26 septembre 2012. ll est là, vêtu d’une tenue blanche impeccable, façon Mort à Venise de Visconti.…

La Croix du 24 juillet 2012. Caubère, le magnifique.

Marianne du 24 juillet 2012. Philippe Caubère le fou de Marseille… par Jacques Dion.

La Provence du 21 juillet 2012. Notre Best Off pour profiter à fond du Festival d’Avignon.

Télérama du 20 juillet 2012. Quel régal de découvrir l’auteur génial et méconnu qu’est André Suarès.

Marseille l’Hebdo du 20 juillet 2012. À voir à Avignon.

César du 20 juillet 2012. André Suarès écrit Marsiho en 1931. Un texte sans complaisance sur une ville qu’il aime, sa ville, Marseille…

L’Humanité du 13 juillet 2012, critique par Jean-Pierre Léonardini. Il prend bille en tête et porte haut le chef-d’oeuvre peu connu d’André Suarès, Marsiho,
ce grand chant d’amour et de colère pour Marseille, sa ville natale.

Théâtral du 13 juillet 2012, critique par Nedjma van Egmond. Marsiho, de bruit et de fureur…

L’Hebdo du Comtadin du 12 juillet 2012, Interview par Florian Dacheux. Philippe Caubère tient Marseille dans ses tripes…

Dimanche Vaucluse du 8 juillet 2012. Caubère dialogue avec Marseille…

En savoir plus sur André Suarès, le site d’Alain Paire libraire à Aix-en-Provence.

Deux interprètes pour Marsiho/ Suarès : Louis Jou et Philippe Caubère…

Interview intégrale de Philippe par François Mouren-Provensal pour MATIVI. Philippe Caubère nous parle à cœur ouvert de sa vie, de son passé théâtral, de ses projets,
de sa nouvelle trilogie, d’André Suarès et de Marseille…

Reportage vidéo de François Mouren-Provensal pour MATIVI. Interview et extraits.

Journal de TF1 du 6 juillet 2012.

La Provence du 6 juillet 2012. Philippe Caubère chasse ses angoisses…

Avi News du 4 juillet 2012. « Je déteste le Festival d’Avignon »…

La Marseillaise du 22 juin 2012. Marseille, ville complexe…

Interview de Philippe Caubère pour la SACD, par Caroline Collard. Philippe Caubère, Prix Théâtre 2012 de la SACD, est un artiste solaire et hors normes.
Acteur bien sûr, mais aussi auteur à sa manière et depuis toujours.

La Provence du 5 juin 2012. L’ex-pilier du théâtre du Soleil va mettre Marseille en lumière…

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

SAISONS 2012 À 2013

  • Théâtre des Chalands Val de Reuil (27) – 8 Novembre 2012.
  • Théâtre des Muses Monaco – 14 au 16 Novembre 2012.
  • Comédie de Toulouse – 5 au 7 Décembre 2012.
  • Théâtre du Pont Tournant Bordeaux – 6 au 19 Janvier 2013.
  • Théâtre Liberté Toulon – 5 Février 2013.