Urgent Crier !

Urgent Crier !

• ANDRÉ BENEDETTO

Adapté, mis-en-scène et joué par Philippe Caubère.

Il ne s’agira pas pour moi de lire ou réciter des textes d’André Benedetto, mais bien de l’incarner, l’imiter, le faire revivre ; par ses mots comme par le souvenir que je garde de lui, de ses gestes, postures, regards ; de sa voix ; de son accent si particulier, celui qu’il avait dans la vie, comme celui qu’il prenait pour jouer ; accent «corrigé» non pas comme il l’est par les bourgeois marseillais ou aixois pour se démarquer de celui du peuple mais à sa manière à lui, inspirée de ses grandes influences, Raimu, Préboist et autres «acteurs-sud » comme il les appelait, ou encore et aussi Vilar, Gérard Philipe ou Alain Cuny.
Voici le paradoxe : pour la jeune génération, André Benedetto est presque plus connu comme le président du Festival «Off» d’Avignon, titre sympathique mais tout de même anecdotique, qu’il fut un temps que comme l’immense poète, penseur, dramaturge qu’il sera pour toujours, et que le comédien et homme de théâtre exceptionnels qu’il était encore il y a deux ans, juste avant sa mort soudaine. Moi qui fus son disciple et son contemporain, je voudrais tenter de faire partager, à cette génération en particulier, l’émotion que je ressentis en 1969, j’avais 19 ans, lorsque je le vis apparaître sur la scène du Théâtre du Centre à Aix-en Provence, dirigé alors par Antoine Bourseiller. En compagnie de Jean-Marie Lamblard et Michel Hébrard, il y donnait Xerxès, extraordinaire adaptation des Perses d’Eschyle pour 3 blousons noirs. D’emblée, je fus frappé par sa beauté. Non pas un ange comme Gérard Philipe, ni un commandeur comme Vilar, c’était un démon. Aussi beau que Brando, auquel il ressemblait étrangement. Un Brando du midi, ce qu’on entendait dès qu’il levait la voix, – il jouait d’abord à voix basse, presque inaudible. Habité par la même sauvagerie, la même animalité, la même féminité, éclairé par la lumière d’une extrême et supérieure intelligence, il irradiait. Un être de pure poésie. Le jeune adorateur de la scène que j’étais ne pouvait que tomber – non pas amoureux, j’aimais plutôt les filles – mais en totale passion pour ce beau, ce vrai «monstre».

Philippe Caubère, juin 2011.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

GÉNÉRIQUE

Textes d’André Benedetto.
Adaptation et mise en scène: Philippe Caubère.
Guitare : Jérémy Campagne.

Lumière et son : Philippe Olivier dit « Luigi ».
Montage images : Nicolas Temple.
Photos d’André Benedetto : Francès Ashley et Jean-Marc Peytavin.

Affiche : David Caubère d’après un portrait d’Ernest Pignon.
Photos : Michèle Laurent.

production : Véronique Coquet pour La Comédie Nouvelle.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

EXTRAIT

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

DOSSIER DE PRESSE INTÉGRAL

Jean Vilar, acteur-sud extrait de Deux ponts, trois arbres, quatre hommes du Sud.

Salut les beatnicks, salut les casseurs, salut  Saint Vladimir extrait de Les Poubelles du vent.

Au fond d’Artaud extrait de Deux ponts, trois arbres, quatre hommes du Sud.

Bal psychédélique à la maison des jeunes de la Croix des Oiseaux extrait de Les Poubelles du vent.

Sonoriste, mon fils

Lumièriste, mon ami.

Crêpe rouge et miroir brisé extrait de Avignon, suite.

L’imagination n’a pas pris le pouvoir mais on est content quand même extrait de Les Poubelles du vent.

Au festival je n’ai pas vu le peuple, je n’ai vu que des flics extrait de Les Poubelles du vent.

À quoi sert le théâtre disponible dans Le Roman d’un acteur au Cloître des Carmes (Ph. Caubère).

Pour en savoir plus sur André Benedetto suivez ces liens :
Théâtre des Carmes | Interview filmée | Bibliographie | Le « magnéto » d’André | Wikipédia

Texte de présentation par Philippe Caubère.

Biographie d’André Benedetto.

Biographie de Philippe Caubère.

Dossier de presse pour La Maison de la Poésie.

Texte de présentation par Claude Guerre.

Biographie de Jérémy Campagne.

Le Midi Libre du 24 septembre 2012. Première réussie…

Nord Éclair du 18 janvier 2012. Au Prato (Lille), Magistral Philippe Caubère dans la peau d’André Benedetto…

Le Temps (Tunisie) du 10 janvier 2012.« Urgent, crier » de Philippe Caubère (France) Une apologie du théâtre…

Le Quotidien (Tunisie) du 10 janvier 2012. En toute sincérité, Philippe Caubère a joué au Quatrième Art dans le cadre des JTC « Urgent Crier » d’André Benedetto qu’iI a mis en scène…

Le Temps (Tunisie) du 6 janvier 2012. Journées théâtrales de Carthage (du 6 au 13 janvier 2012) Comme un hommage…

Paris-Match du 29 décembre 2011. « Urgent Crier est à voir d’urgence !…

La Terrasse du 9 décembre 2011. Philippe Caubère interprète les textes d’André Bebedetto et rend un magnifique hommage à l’homme de théâtre « admiré » et « adoré ». Un magistral exercice de piété filiale et artistique…

Télérama du 3 au 9 décembre 2011. Caubère en musique… À propos de l’émission Chemin rêvant sur France Musique.

l’Humanité du 2 décembre 2011. L’entretien avec Philippe Caubère, « André Benedetto est né en 68, comme Bob Dylan »

Métro du 1er décembre 2011. Du théâtre qui crie…

Télérama Sortir du 30 novembre 2011. Avec la passion, la générosité qu’on lui connait, Philippe Caubère fait revivre le poète André Benedetto…

Pariscope du 23 au 29 novembre 2011. Il n’y a que des bonnes raisons pour courir voir Caubère…

Aujourd’hui en France dimanche du 20 novembre 2011. Caubère ressucite Benedetto…

Journal du Dimanche du 18 novembre 2011. Benedetto, un poète à redécouvrir…

L’Université syndicaliste du 14 novembre 2011. Interview.

Figaroscope du 9 novembre 2011. Critique

Marianne du 5 au 11 novembre 2011. Caubère, l’indigné du théâtre.

La Quinzaine littéraire du 16 au 31 octobre 2011. Critique.

La Dépêche du Midi du 13 octobre 2011. Le cri du cœur de Caubère au Sorano (Toulouse).

César septembre 2011. Retour sur le Festival d’Avignon 2011… En savoir plus

Balthazar d’août-septembre 2011. Interview.

Vaucluse Matin du 28 juillet 2011. Les incontounables… URGENT CRIER !

La Provence du 27 juillet 2011. Coup de cœur !

La Marseillaise du 23 juillet 2011. Philippe Caubère a toujours considéré André Benedetto, décédé il y a deux ans en plein Festival, comme une sorte de maître…

Le Canard enchaîné du 20 juillet 2011. Avignon sur le pont !

L’Humanité du 19 juillet 2011. Dans le théâtre qui porte désormais le nom de l’acteur-poète disparu, c’est une vivante preuve d’amour qu’offre à sa mémoire ce grand soliste virtuose…

La Croix du 19 juillet 2011. Philippe Caubère rend un magnifique hommage à l’acteur, auteur, poète d’Avignon…

Figaroblog du 19 juillet 2011. C’est un très bel hommage que signe là, Philippe Caubère…

La Provence.com du 18 juillet 2011. Qui parle de qui ? Caubère de Benedetto ?

Le Nouvel Observateur du 17 juillet 2011. Avec Urgent Crier, spectacle polémique et amoureux, Philippe Caubère retrouve le Off…

Le Comtadin du 14 juillet 3011. Critique du spectacle.

Vaucluse Matin du 13 juillet 2011. Interview de Philippe Caubère.

La Provence du 13 juillet 2011. L’abécédaire de Philippe Caubère. L’ex-du Théâtre du soleil illumine les mots de l’Avignonnais André Benedetto, décédé en 2009…

Le Bruit du Off du 9 juillet 2011. AVIGNON OFF. De circonstance : Urgent Crier !

Le Comtadin du 7 juillet 2011. Interview de Philippe Caubère.

L’Express du 6 juillet 2011. Philippe Gaubère : « J’aime les artistes qui font des bras d’honneur »

La Terrasse de juillet 2011. Interview de Philippe Caubère.

Le Magazine Théâtral de juillet 2011. À Avignon il rend hommage à André Benedetto, un poète du sud, comme lu…

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

SAISONS 2011 À 2013

  • Théâtre Althéa – 19 au 21 Décembre 2011.
  • La Baleine – 21 Septembre 2012.
  • Théâtre Durance – 5 Octobre 2012.
  • L’Heure Bleue – 11 Octobre 2012.
  • Théâtre d’Ivry Antoine Vitez – 19 et 20 Octobre 2012.
  • Théâtre de Cahors – 23 Octobre 2012.
  • Théâtre du Pont Tournant – 25 au 27 Octobre 2012.
  • Théâtre du Jeu – 31 Octobre 2012.